Lobama yaE VENEZUELA N’EST PAS UNE MENACE, NOUS SOMMES UN ESPOIR

Campagne pour recueillir des signatures pour abroger le décret d’Obama  contre le Venezuela via les réseaux sociaux par

Twitter : @ObamaDerogaYa 

FaceBook : ObamaDerogaYA

Lettre au peuple Vénézuélien et aux peuples du monde

Peuple du Venezuela, peuples fraternels du monde entier, le Venezuela a été injustement agressé. Le 9 mars dernier, le Président des Etats-Unis, Barack Obama, a signé un décret exécutif déclarant que la Patrie de Bolívar constitue une menace pour la sécurité nationale nord-américaine. Comme nous l’a enseigné l’Histoire, de telles déclarations ont eu des conséquences funestes pour notre continent et à travers toute la planète.

Face à cette nouvelle agression, nous hissons le drapeau de la légalité internationale, de la justice et de l’union de nos peuples. Le Venezuela sait qu’il n’est pas seul. Déjà en date du 14 mars, l’Union des Nations sud-américaines (UNASUR) a émis un communiqué historique qui marque le début de la construction d’une doctrine rejetant la tentative unilatérale d’application de sanctions ou de menace contre des pays par l’usage de la force politique, financière ou militaire.

En tant que Président de la République Bolivarienne du Venezuela, j’ai adressé une lettre au peuple des Etats-Unis et au Président Obama, exposant les vérités du Venezuela, dénonçant l’agression et exigeant, au nom de l’immense morale du peuple de Bolívar, que ce décret présidentiel menaçant notre Patrie soit abrogé.

J’appelle fraternellement les hommes et femmes de bien, progressistes, souverainistes, patriotes, nationalistes, humanistes à se joindre à nous dans cette campagne de défense de la souveraineté et à signer cette lettre en soutien au communiqué de l’UNASUR qui rejette le décret exécutif de Barack Obama et exige qu’il soit abrogé.

Nous sommes un peuple de paix et c’est debout que nous défendrons la paix, avec justice et dignité. Notre victoire sera à jamais la paix !

Nicolas Maduro Moros

Président de la République Bolivarienne du Venezuela

Lettre au peuple des Etats-Unis

Le Venezuela n’est pas une menace

Nous sommes le peuple de Simón Bolívar, nous croyons en la paix et le respect de toutes les nations du monde.

Liberté et Indépendance

Il y a plus de deux siècles, nos pères ont fondé une République basée sur le principe que toutes les personnes sont libres et égales au regard de la loi.

Notre nation a subi les plus grands sacrifices pour garantir aux Sud-américains le droit d’élire leurs propres dirigeants et d’appliquer leurs propres lois aujourd’hui.

C’est pourquoi nous gardons toujours en mémoire l’héritage historique de notre père: Simón Bolívar, un homme qui a dédié sa vie pour que nous héritions d’une Patrie de justice et d’égalité.

Nous croyons en la Paix, la Souveraineté nationale et la Loi internationale

Nous sommes un peuple pacifique. En deux siècles d’indépendance, nous n’avons jamais attaqué une autre nation. Nous sommes un peuple qui vit dans une zone de paix, dénué d’armes de destruction massive et libre de pratiquer toutes les religions. Nous défendons le respect de la loi internationale et la souveraineté de tous les peuples du monde.

Nous sommes une société ouverte

Nous sommes un peuple travailleur, prenant soin de sa famille et pratiquant la liberté de culte. Parmi nous, vivent des migrants du monde entier qui sont respectés dans leur diversité. Notre presse est libre et nous sommes des utilisateurs enthousiastes des réseaux sociaux sur Internet.

Nous sommes les Amis du Peuple des Etats-Unis d’Amérique

L’histoire de nos peuples est liée depuis le début de nos luttes pour conquérir notre liberté. Francisco de Miranda, un héros vénézuélien, a partagé avec George Washington et Thomas Jefferson, lors des premières années de la récente nation nordaméricaine, les idéaux de justice et de liberté qui ont constitué les concepts fondamentaux de nos luttes indépendantistes. Nous partageons l’idée que la liberté et l’indépendance sont des éléments fondamentaux pour le développement de nos nations.

Les relations entre nos pays ont toujours été pacifiques et respectueuses. Historiquement, nous avons eu des relations commerciales communes dans des dossiers stratégiques.

Le Venezuela a été un fournisseur d’énergie responsable et de confiance pour le peuple nord-américain. Depuis 2005, le Venezuela a fourni du mazout de chauffage subventionné à destination de communautés à faibles revenus aux Etats-Unis, à travers notre entreprise CITGO. Cette contribution a aidé des dizaines de milliers de citoyens américains à survivre malgré des conditions difficiles, en leur offrant un réconfort plus que nécessaire et un soutien alors qu’ils étaient dans le besoin, et a démontré que la solidarité peut bâtir de puissantes alliances au-delà des frontières.

Pourtant, et de manière incroyable, le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique déclare que nous sommes une menace pour la sécurité et la politique étrangère des Etats-Unis.

Dans un acte disproportionné, le gouvernement d’Obama a déclaré l’urgence parce qu’il considère que le Venezuela est une menace pour sa sécurité nationale (Executive Order, 09-15-2015). Ces actions unilatérales et agressives réalisées par le gouvernement des États-Unis contre notre pays sont non seulement infondées et violent les les principes de base de la souveraineté et la libre détermination des peuples du droit international, mais ont également été rejetées à l’unanimité par les 33 pays de la Communauté des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) et les douze Etats membres de l’Union des Nations sudaméricaines (UNASUR). Dans une déclaration du 14 mars 2015, l’UNASUR a réitéré le rejet ferme de ces mesures coercitives qui ne contribuent pas à la paix, à la stabilité et à la démocratie dans notre région et ont exigé que le Président Obama abroge son décret exécutif contre le Venezuela.

Nous rejetons l’unilatéralisme et l’extraterritorialité

Le Président des Etats-Unis, sans autorité pour intervenir dans nos affaires internes, a initié de manière unilatérale une série de sanctions à l’encontre de fonctionnaires vénézuéliens et a ouvert la porte à la poursuite de ce type de sanctions, en interférant dans notre ordre constitutionnel et notre système judiciaire.

Nous plaidons pour un monde pluripolaire

Nous pensons que le monde doit être régi par les normes du Droit international. Sans l’intervention d’autres pays dans les affaires internes de pays tiers. Avec la conviction que les relations de respect entre les nations sont la seule voie pour la consolidation de la paix, de la coexistence et d’un monde plus juste. Nous honorons nos libertés et nous maintiendrons nos droits. Jamais auparavant dans l’histoire de nos nations, un Président nord-américain n’avait tenté de gouverner les Vénézuéliens par décret. Cet ordre est tyrannique et impérial qui nous renvoie aux heures les plus sombres de la relation entre les Etats-Unis et l’Amérique latine et les Caraïbes.

Au nom de notre longue amitié, nous alertons nos frères nord-américains, amis de la justice et de la liberté, sur l’agression illégale que le gouvernement est en train de commettre en leur nom. Nous ne permettrons pas que notre amitié avec le peuple des Etats-Unis pâtisse de cettte décision absurde et sans fondement du Président Obama.

Nous demandons:

1- Que cessent les actions hostiles du gouvernement des Etats-Unis contre le peuple et la démocratie au Venezuela.

2- Que soit abrogé le décret exécutif déclarant que le Venezuela est une menace, comme l’a demandé l’Union des Nations sudaméricaines (UNASUR).

3- Que soient suspendues les sanctions injurieuses prévues à l’encontre d’honorables fonctionnaires vénézuéliens qui n’ont fait qu’obéir à notre Constitution et à nos lois.

Notre souveraineté est sacrée

Le slogan des pères fondateurs des Etats-Unis est aujourd’hui répété avec la même dignité par le peuple de Simón Bolívar. Au nom de notre amour commun pour l’indépendance nationale, nous espérons que le gouvernement du Président Obama réfléchisse et rectifie ce mauvais pas. Nous sommes convaincus que la défense de notre liberté est un droit auquel nous ne renoncerons jamais parce que c’est là que repose également le futur de l’humanité. Et comme le disait si bien Simón Bolívar : « La liberté du Nouveau Monde, c’est l’espérance de l’univers ».

“Le Venezuela n’est pas une menace, c’est un espoir”.

“L’indépendance sinon rien”

Simón Bolívar

Nicolas Maduro Moros

Président de la République Bolivarienne du Venezuela