Les mouvements sociaux suisses demandent justice pour les victimes des violences de 2014

Genève.- Les organisations sociales présentent sur le territoire Suisse se sont rassemblées mardi Place des Nations, à Genève, et ont demandé justice pour les familles et les victimes des violences de l’extrême droite, qui a tenté de renverser le gouvernement légitime du Président Nicolas Maduro.

Les portes paroles et membres des organisations ALBASUIZA, Aipazcomún, le Mouvement Vers la Révolution Citoyenne et On y va ! Mondialiser la Solidarité, entre autres, ont participé au rassemblement.

Les personnes qui ont pris la parole ont exprimé leur rejet de la guerre médiatique que subit actuellement la révolution bolivarienne et ont exprimé leur plein appui au gouvernement du Président Maduro.

À cet égard, elles ont alerté l’Organisation des Nations Unies afin qu’elle ne se fasse pas l’écho de la propagande qui cherche à présenter des groupes violents et terroristes comme des « manifestants pacifiques ».

Elles ont également souligné que la violence des secteurs radicaux de l’opposition vénézuélienne de février 2014, s’est soldée par un regrettable bilan de 43 morts et de 878 blessés, dont près de 300 membres des forces de l’ordre.

Pour cette raison, elles ont insisté sur le fait que les figures de la droite vénézuélienne comme Leopoldo López, Daniel Ceballos et Antonio Ledezma qui sont présentées par la presse internationale comme étant des “prisonniers politiques”, ont été en réalité les promoteurs de la violence terroriste, des crimes et des délits contre les citoyens vénézuéliens.

Presse Mission Venezuela ONU Genève

Photos: Cristian Saavedra

Foto 4 Foto 2 foto 5