Alors que l’impérialisme américain relance, comme à l’époque du plan Condor, ses dictatures militaires et fascistes à l’assaut de l’Amérique Latine, certains – se réclamant de la gauche voir même révolutionnaires – sont plus prompts à critiquer l’action des forces progressistes et révolutionnaires qu’à apporter le soutien internationaliste et anti impérialiste qui est pourtant une valeur cardinale de l’engagement progressiste. C’est ce que trois intellectuels dénoncent dans une lettre ouverte. Nul besoin de partager ici ni les engagements ni les termes de ces trois personnalités pour se sentir interpellé par ce coup de gueule. Que l’on soit d’accord ou pas avec Chavez, Maduro, Ortegua ou Morales et leur manière de mener avec leur mouvement leurs processus révolutionnaire ne pourra jamais justifier de ne pas être solidaire de la lutte de leurs peuples contre l’impérialisme. Encore moins de se réjouir quand l’offensive US progresse en Amérique latine.